Rift

Notre avis sur Rift et son gameplay

Sorti en 2011, Rift était considéré à l’époque comme une bonne surprise venue renouveler le genre du MMORPG, alors en perte de vitesse. Édité et développé par Trion Games, le jeu relevait d’abord d’un abonnement mensuel payant, avant de passer Free to Play en 2013. Dans le monde en ruine de Telara, votre héros devra affronter les hordes du chaos pour relancer une civilisation qui s’éteint petit à petit. Rift se déroule dans un univers heroic-fantasy, où la magie et la technologie cohabitent. Rien de très original jusque-là. De fait, si la direction artistique reste très classique pour le genre, les couleurs chatoyantes du jeu restent agréables à regarder. L’animation un peu rigide des personnages, déstabilisante au début, n’est au final pas rebutante. La bande son, très conventionnelle également, fait la part belle aux doublages français honorables. La création de votre personnage principal s’avère très complète. Sur le plan physique déjà, vous disposez d’assez d’outils pour le rendre unique. Mais c’est bien sûr le choix de sa classe et de ses compétences qui importe dans Rift. Il n’existe que 4 classes : guerrier, prêtre, mage et voleur. Cela peut sembler limité, sachez qu’il n’en est rien. En effet, chaque classe dispose de 8 spécialisations distinctes. Vous ne pourrez en choisir que 3 parmi celles-ci, cela donne donc des possibilités assez nombreuses. D’autant plus qu’il faut compter sur un système d’artisanat, qui prend en compte vos compétences dans tel ou tel domaine. Chaque héros peut donc créer un certain type de matière première. Et bien entendu, pour créer les objets les plus puissants, il faudra utiliser à bon escient les capacités d’artisanat de différents personnages. Cette simple composante du jeu vous incite déjà à apostropher d’autres joueurs.

Rift et son système de failles

Le jeu de Trion Games repose sur une aventure où des « failles » apparaissent fréquemment. De ces espèces de portails dimensionnels sortent des créatures qu’il faut à tout prix éradiquer. Il faudra donc vous allier aux joueurs présents dans la zone pour venir à bout d’un boss puissant et ainsi collecter des items de choix. Cela rend la progression assez imprévisible, et s’avère être une bonne idée… au début. Le fait est que les failles récurrentes finissent par lasser le joueur, qui n’y prête même plus attention au bout d’un certain temps. Le recyclage des monstres (et même des boss) n’est certainement pas étranger à la chose. Malgré tout, le PvE de Rift est très honnête. Le nombre de quêtes disponibles est gargantuesque, et le monde de Telara mérite d’être exploré. Le système de combat, très inspiré de World of Warcraft, laisse vite tomber ses aspirations stratégiques ; vous finissez par bourriner frénétiquement vos capacités pour vous en tirer à bon compte. Le PvP de Rift est à double tranchant. Premièrement, il s’avère frustrant, car les meilleurs joueurs ne vous font pas de cadeaux. Mais au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu, il devient plus agréable : la marge de progression est énorme, et le sentiment d’accomplissement bien réel. La grande majorité du soft est accessible gratuitement. Mais depuis la dernière extension, il est nécessaire de payer pour atteindre le niveau maximal. Un choix assez douteux de la part de Trion Games, mais peut-être compréhensible après 6 ans d’existence…

Notre conclusion sur Rift

Résolument inspiré des grands pontes du genre, Rift est très classique sur le plan graphique et dans son gameplay. Cependant, il convient de reconnaître ses qualités propres : un système d’artisanat intéressant, un principe de failles bien vu et du contenu PvE et PvP à la pelle. Malgré sa dernière extension qui relativise l’aspect free to play du titre, Rift reste une valeur sûre du MMORPG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *